bandeau personna 1500x120 copie copie

journalCECI N’EST PAS UNE RENTREE

Ceci est plutôt la représentation d’une rentrée en classe coopérative... Pas un format uniformisant, plutôt une synthèse établie à partir de plusieurs contextes où la coopération se vit sereinement.

Avoir le projet d’autoriser les enfants à coopérer ne va pas de soi : les espaces de libertés ouverts, les imprévus, le matériel à introduire, les organisations à construire, les enfants à rassurer, les parents à séduire, les collègues à ménager, les instructions officiels à prendre en compte, son équilibre personnel à entretenir, ... sont autant de barrières qui rendent particulièrement complexes les premières heures de classe.

Parmi toutes ces priorités, par où commencer ? Quels choix effectuer pour obtenir, en douceur, un climat de travail serein entre les enfants, l’adhésion des familles, la coopération avec les collègues et le plaisir d’enseigner ?

 

journalCECI N’EST PAS UNE RENTREE

Ceci est plutôt la représentation d’une rentrée en classe coopérative... Pas un format uniformisant, plutôt une synthèse établie à partir de plusieurs contextes où la coopération se vit sereinement.

Avoir le projet d’autoriser les enfants à coopérer ne va pas de soi : les espaces de libertés ouverts, les imprévus, le matériel à introduire, les organisations à construire, les enfants à rassurer, les parents à séduire, les collègues à ménager, les instructions officiels à prendre en compte, son équilibre personnel à entretenir, ... sont autant de barrières qui rendent particulièrement complexes les premières heures de classe.

Parmi toutes ces priorités, par où commencer ? Quels choix effectuer pour obtenir, en douceur, un climat de travail serein entre les enfants, l’adhésion des familles, la coopération avec les collègues et le plaisir d’enseigner ?

Quelles priorités pour la journée de rentrée ?

Voici quelques repères pour la planification de la première journée de la rentrée des classes. Cette liste reste indicative et n’est pas ici présentée de manière chronologique :

  • -  Se présenter : l’enseignant(e) et les enfants, par exemple à l’aide d’un blason : chacun remplit son blason sans indiquer son nom et son prénom. Puis il le dépose dans une boîte. Devant tout le monde, les volontaires viennent piocher un blason, le lisent à voix haute puis tentent de découvrir son auteur. A la fin de la séance, les blasons sont complétés des noms et sont affichés.

  • -  Organiser un espace démocratique d’expression, sous forme de « Quoi de neuf ? », présentation de productions artistiques, de textes personnels, ... Un lien avec les vacances peut être proposé. C’est l’occasion d’introduire les premières règles : « On ne se moque pas, on écoute celui qui parle, on a le droit de se taire, la parole est donnée en priorité aux enfants ayant le moins parlé. »

  • -  Présenter lois de la classe, ce qui ne bougera pas (par exemple « Chacun a le droit d’être tranquille dans son corps, son cœur et ses affaires ») et du dispositif de construction des règles de vie (le conseil).

  • -  S’organiser: distribution des fournitures, présentation des cahiers (étiquettes, protège- cahiers, pages de garde, classeurs, ...) et espaces de rangements personnels. Une lettre aux parents est collée dans le cahier de liaison.

  • -  Apprendre : une situation de toilettage de texte, ou de création mathématique, ou de recherche documentaire, pour faire vivre une première fois ce qui va se présenter régulièrement pendant l’année. C’est surtout l’occasion d’expliquer que ce qui est attendu n’est pas de répondre systématiquement juste mais d’essayer de faire, au maximum de ses capacités.

  • -  Bouger : une activité physique ou sportive, ou une rapide sortie-enquête, pour éviter que les enfants, qui arrivent de deux mois de vacances, ne soient contraints à vivre une journée de 6 heures assis.

    Les journées qui viennent sont alors l’occasion d’introduire progressivement :

  • -  les nombreuses formes de travail,

  • -  les autorisations nécessaires à l’exercice du tâtonnement,

 
  • -  chaque outil de travail autonome (un par un),

  • -  les responsabilités (en fonction des besoins qui émergent dans la vie de classe),

  • -  les fonctions (président du jour, président de séance, trésorier, tuteur, maître message-

    clair, ...),

  • -  les espaces de communication : correspondance, journal, blog, Twitter, ...

  • -  le plan de travail,

  • -  les projets personnels et collectifs,

  • -  les situations d’évaluation des apprentissages,

  • -  l’organisation de l’aide et de l’entraide (par un tetra’aide ou un passeport),

  • -  tout ce qui soutient notre projet de classe,

    et d’entretenir l’équilibre toujours instable de cette « ruche. »

    Quelles logiques pour la réunion de rentrée ?

    Une fois ces premières journées passées, vient la saison de la réunion avec les parents. Comment penser son organisation afin que cette rencontre soit utile au tissage du partenariat avec les familles ? Pourquoi pas lors de deux premières semaines de classe ?

    Quelques idées, une nouvelle fois tirées des diverses classes reconnues comme bienveillantes par les familles :

  • -  Eviter les phénomènes de réminiscence, en plaçant les parents à la place de leur enfant, surtout si l’on souhaite en faire des collaborateurs dans l’accompagnement et le suivi.

  • -  Proposer à un ou deux enfants volontaires de venir expliquer avec leurs mots le fonctionnement de la classe. Cela permet d’apporter une touche d’authenticité en amorce de la réunion. Il est demandé à ces enfants de préparer leur exposé et de l’illustrer fréquemment par des exemples de classe.

  • -  Pour la prise de parole initiale de l’enseignant(e), ne pas dépasser dix minutes. Cette prise de parole peut s’articuler autour de plusieurs points :

o La logique du travail coopératif dans la classe (le fait que les enfants peuvent aussi apprendre entre eux)

o Les grands projets de l’année (sorties, activités, EPS, langues, correspondance, ...) o Les devoirs à la maison
o Les évaluations et les outils de suivi des progrès des enfants
o Ce que vous attendez des parents (Cf. exemple joint)

o...
- Cet exposé initial fait ensuite place à un espace de questions-réponses-discussion relatives à

des préoccupations générales. Les cas particuliers sont renvoyés à des échanges ultérieurs plus confidentiels.

 

Mais ceci ne témoignait pas vraiment une rentrée. D’abord parce que la véritable se fait entre collègues, au sein de son équipe d’appartenance et/ou au sein de son groupe d’enseignants coopérateurs, pourquoi pas celui de son GD de l’ICEM. Pour ne pas se sentir seul. Pour ne pas partir sans balise. Pour ne pas risquer de se laisser ensevelir par le flot de vie d’une classe coopérative. Pour ne pas perdre un allié indispensable : sa faculté de recul par rapport à ce qui se produit dans la ruche.

Ensuite parce que les rentrées ne devraient être que des reprises. De simples poursuites du chemin que les enfants ont emprunté lors des années scolaires précédentes. Quoi de plus éducatif que les écoles où les enfants n’ont pas à tout reconstruire dans leurs gestes d’élèves, où ce qui a déjà été réussi est véritablement reconnu pour mieux continuer à progresser ? En somme, les rentrées ne devraient se faire qu’à la mode des classes multiâges, où, une fois le bonjour passé, chacun retrouve ses habitudes pour mieux accueillir les nouveaux et savourer les événements du vivant.

Sylvain Connac – Juin 2013 Paru dans « Le Nouvel Educateur » No 214